lundi 19 septembre 2011

Martine

... a des seins de vingt ans.
Des putains de seins de vingt ans.
Qui pointent haut et ferme.
Elle déambule sur la plage en les pointant encore plus haut et encore plus ferme.
Ils tiennent bien tout seul mais elle bombe le torse quand même pour qu'on les voit encore mieux.
C'est pas tous les jours qu'on a vingt ans.
Ces putains seins de vingt ans.
Derrière ces seins qui le précèdent, il y a son corps de soixante qui se demande bien un peu ce que font ces putains de seins de vingt ans sur son torse mais bon, il a l'habitude d'être malmené, oublié.
il voudrait bien s'exprimer un peu ce corps de soixante ans, dire qu'il vieilli, qu'il a parfois mal à ses articulations, que pourtant la vieillesse et la maturité sont un cheminement naturel et souvent agréable mais il n'arrive pas à en placer une derrière ces putains de seins de vingt ans qui pointent haut et ferme, alors il ne dit rien, il se fait oublier.
Il sait bien pourtant qu'un jour il lâchera l'affaire, il se débinera pour la dernière fois et il rigole en douce, ce putain de corps de soixante, soixante-dix, quatre-vingt ans en se demandant si ces putains de seins de vingt ans qui pointent haut et ferme rentreront dans le cercueil.

1 commentaire: